Chronique BD – Debaser vol 6

L’histoire prend place dans un futur proche ultra-libéral où toute création artistique a pratiquement disparu pour laisser place à Mundial Musique, la seule maison de disque légale. Mundial Musique qui impose son monopole avec l’aide du gouvernement pour mieux assommer les masses à grand coup de musique pop édulcorée chantée par des bimbos aussi éphémères que refaites. Anna, Joshua et son frère Nathan décident de se rebeller contre le système et de monter un groupe de rock nommé Debaser (en référence à la chanson des Pixies) pour essayer de réveiller la France et détruire Mundial.

 

La suite de l’article ICI.

 

 

7 Commentaires

  1. Je m’suis toujours demandé si ce manga valait la peine que je l’achète. Vu la critique, je pense que je vais l’acheter la prochaine fois que je traine dans un magasin. En plus, ça parle de la lutte des « petits » groupes, contre la musique super commerciale qui est, pour la plupart, de la grosse daube.
    En gros, du putain de bon manga(?) !

  2. Un charadesign destroy, un fil rouge narratif qui malgré son premier abord « davidcontregoliathèsque », deviens intéressant. Merci pour cette découverte dont je suis accro’.

    Si il y en a d’autres comme ça je prend… ^^

    « Keep the faith » – Mike.P

  3. I AM UN CHIEN ANDALUSIA! Ouais! j’irai jeter un coup d’oeil ca m’a l’air intéressant et la plupart du temps, tu as bon goût alors je te fais confiance aveuglement (attention alors!!) et sinon I AM UN CHIEN ANDALUSIA! Non je ne suis pas un chien andalou.

Répondre à malinois Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>